Bouquet final

Publié le

Bouquet final

Père Castor et les artistes russes (2)

 

         Michel Defourny consacre plusieurs chapitres aux artistes russes qui se lancèrent dans l’aventure du livre pour enfants  (au début du 20e siècle en passant par la Révolution de 1917 et les années qui suivent).

Il cite les noms des poètes et écrivains suivants :

Kazimir Malevitch (1879 -1935), Vladimir Maïakovski (1893 – 1930), Ossip Mandelstam (1891 – 1938,  Kornei Tchoukovsky(1882 – 1969), Samuel Marchak (1887 -1964), Daniil Harma (1905 -1942)

 

 

Les artistes suivants :

         Vladimir Lebedev (1891 – 1967), Evgueni Tcharouchine (1901 – 1965), Nathan Altman (1889 – 1970), Ivan Efimov (1878 – 1959), El Lissitsky (1890 -1941), Alexandre Rodtchenko (1891 – 1956) et Varvara Stepanova (1894 – 1958)

 

         Ensuite viendra en URSS, le réalisme socialiste théorisé par Andrei Jdanov dans le cadre de la « Résolution de la Restructuration des Organisations Littéraires et Artistiques » élaborée par le Comité Central du Parti Communiste en 1932.

 

         Puis le reste du livre est consacré aux artistes russes chez le Père Castor.

         Bien sûr, on y retrouve ceux qui ont travaillé avec Marie Colmont : Nathalie Parain, Alexandra Exter et Fédor Rojankovsky.

Les autres artistes russes sont :

Chem (1898 -1981) dont Chacun sa maison

Hélène Guertik (1897 -1937)

Ivan Bilibine (1876 -1942) dont Conte du petit poisson d’or.

Nathan Altman (1889 -1970)

 

 

 

           

                     Natahalie Parain (1897 – 1958)

29 pages sont consacrées à son œuvre. Voici 2 titres en image dont Album Fée réédité par les Amis du Père Castor.

 

 

                   Alexandra Exter (1882 – 1949)

Elle a illustré les 3 livres, Panorama de la Côte, de la Montagne et du Fleuve.

 

A propos des textes de Marie Colmont, l’auteur écrit :

« Au dos de chaque longue frise, on peut lire des commentaires sensibles de Marie Colmont »

 

         Féodor Rojankovsky (1891 – 1970)

Comme je l’ai déjà écrit, il est célèbre pour avoir illustré Michka, le conte écrit par Marie Colmont. Ce livre est encore édité et en vente. Je l’ai vu au Musée du jouet de Colmar et au Salon du livre.

 

         Il a collaboré avec Marie Colmont pour les livres suivants et voici les commentaires de Michel Defourny.

 

         Ce que fait le vieux est bien fait, paru en 1939, une adaptation par Marie Colmont du conte bien connu Hans Christian Andersen.

 

          On retiendra, pour la joie de vivre qui se dégage de ses images, Quand Cigalou s’en va dans la montagne paru en 1939 également, dans lequel Marie Colmont célèbre la communion de l’enfance avec la nature. 

 

         On n’oubliera pas non plus Pic et Pic et Colegram, paru en 1941, une histoire de lutin qui doit apprendre à réfléchir et chanter aussi doucement qu’un grillon des champs afin de ne plus faire de bêtises lorsqu’il tente de soulager quelque peu la misère des hommes, comme l’explique avec poésie, une fois encore, Marie Colmont.

 

 

Un conseil : achetez le livre de Michel Defourny édité aux éditions Les Amis du Père Castor.

C’est un excellent investissement !!!!

 

 

Ainsi se termine avec cet article, le défi #JeLaLis –Marie Colmont.

Je me suis inscrite au prix #JeLaLis-Impact et c’est ainsi que j’ai décrit mon action. Ce sera ma conclusion.

 

Comment intéresser des lecteurs potentiels quand l’essence même du défi est de remettre à leur place des femmes de lettres.

            Marie Colmont, une inconnue pour moi et pour beaucoup.

            Bien sûr je connaissais 3 titres (Michka, Perlette et Marlaguette), mais rien au-delà.

            Une première difficulté : où trouver ses œuvres, nulle part sauf les 3 citées.

            Gallica : un seul titre numérisé.

            Quelle progression suivre, comment écrire, comment tenir dans la durée, voilà mes défis.

            Marie Colmont, une autrice, une intellectuelle de l’entre deux-guerres, une militante qui défend les acquis de 1936.

            Autour de Marie Colmont ont gravité des éditeurs, des illustrateurs, des illustratrices, des journalistes, des intellectuels, des militants.

 

            Au final 111 articles, 35 contes et 40 articles de journaux et un blog :

http://jelalis-marie-colmont.over-blog.com/

            475 visiteurs uniques, 801 pages lues dont 405 sur Facebook et 259 en Direct.

 

Pari tenu, j’ai vécu 7 mois avec Marie Colmont : une expérience enthousiasmante !

 

 

PS : le résultat du concours sera donné mi-janvier 2020. Je vous informerai de mon résultat.

 

 

​​​​​​​

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article